Sélectionner une page

Tout baptême se déroule selon divers cheminements précis et requiert un fort investissement de la part du parrain et de la marraine. Dans l’orthodoxie, le baptême et la chrismation constituent en effet, une seule cérémonie qui est suivie de la communion. Découvrez en trois sacrements le déroulement d’un baptême orthodoxe.

Le premier sacrement

Cette première étape consiste à donner un nom au nourrisson huit jours après sa naissance. Il se déroule à l’orée de la messe, juste au vestibule de l’église où le prête appose un signe de croix sur la bouche et la poitrine de l’enfant.

Une visite sur ce lien vous permettra d’acquérir encore plus de notions sur le sujet du baptême orthodoxe.

Le deuxième sacrement

La deuxième étape s’effectue le quarantième jour de la venue au monde du nouveau-né. Ce dernier est alors introduit dans l’église. Pendant la cérémonie, le parrain et la marraine témoignent de la foi du nouvel enfant et endossent la responsabilité de « parents spirituels ». Ils s’engagent ainsi à venir en aide à leur filleul et de subvenir à ses besoins si ses parents n’en sont plus capables.

Par la suite, l’enfant est plongé dans l’eau bénite trois fois toujours selon la formule consacrée « Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ». Puis il est enveloppé dans un linge neuf de couleur blanche par sa marraine. Le prêtre allume un cierge qu’il remet au parrain. On réalise une seconde onction avec du mir. Une huile sacrée que le prêtre applique sur le front les yeux, les narines, la bouche, les oreilles, la poitrine, les mains et les pieds de l’enfant. Il le fait en disant : « reçois la marque du don de l’Esprit Saint ». À la fin de la cérémonie, la marraine remet le bébé à sa mère. La marraine lui prononce les paroles : « c’est un païen que tu m’as donné, c’est un chrétien que je te donne ».

Le nouveau baptisé et le prêtre font trois fois le tour du baptistère. Ensuite, un lecteur lit l’épître aux Romains et le diacre dit l’Évangile.

Les parents embrassent les mains de la marraine et du parrain à la fin du cérémonial. C’est au tour des invités de souhaiter leurs meilleurs vœux aux géniteurs : « nas sas zisei » (longue vie à votre enfant).

Le troisième et dernier sacrement

Cette dernière partie s’effectue six jours après le deuxième sacrement. Le bébé est à nouveau amené à l’église pour l’ablution. Ce dernier se fait asperger d’eau puis on lui coupe quelques cheveux sur la nuque, le front et de chaque côté de sa tête.